Projet PULSE : Paysages, ParticULes, peSticidEs (2020-2022)

Modèle prospectif d’occupation du sol en 2050. Source : EVS

 

Le projet Pulse s’inscrit dans l’accord cadre ZABR-Agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse. Il implique l’UMR EVS (Environnement Ville Société ; équipe Changements Environnementaux) et l’UR RiverLy (équipes Pollutions Diffuses et LAMA).

L’organisation spatiale des paysages agricoles (occupation du sol, routes, systèmes haies/talus, maillage parcellaire, orientation des rangs de culture, etc.) constitue une composante déterminante des transferts de matière à l’échelle du bassin versant (eau, sédiments, polluants). Or, en Beaujolais, la déprise agricole en cours amène à repenser l’organisation de ces paysages et à en évaluer les conséquences environnementales associées (Thèse Jessica Pic en cours : Structures paysagères et dynamique spatiale des flux hydro-sédimentaires et de polluants dans le Beaujolais viticole. UMR EVS. Université de Lyon, Université Lyon III).

Le projet PULSE a pour objectif de développer un outil de simulation de l’effet des changements paysagers sur l’érosion des sols et la diffusion de polluants vers les cours d’eau, en complément et en concertation avec les travaux liés au plan paysage Beaujolais 2019 (porté par le syndicat mixte du Beaujolais). Pour cela, il s’appuie sur trois axes complémentaires :

  1. le suivi du transfert particulaire (sédiments et pesticides) par ruissellement depuis l’échelle de la parcelle jusqu’au bassin versant ; ce travail est réalisé sur le SAAM, avec un suivi aux trois échelles emboitées d’une parcelle, du bassin de la Morcille, et du bassin de l’Ardières. Il s’agit notamment de déterminer les taux d’érosion spécifiques dans les vignobles du Beaujolais, et de quantifier l’importance du transfert particulaire de pesticides ;
  2. l’intégration de la structure paysagère dans des modèles de transfert particulaire et dissous ;
  3. l’évaluation de l’impact de différents scénarios prospectifs d’évolution paysagère proposées par le plan paysage Beaujolais. L’objectif est de tirer profit de la restructuration en cours des paysages pour proposer des scénarios favorables à la lutte contre l’érosion et le transfert de pesticides vers les cours d’eau.

 

Exemple de système de prélèvement des particules. Bidoccu et al, 2016

Une journée transdisciplinaire et multi-acteurs autour des projets ZABR-Agence de l’eau RM&C CommuSED et PersoResto

Le séminaire organisé le 17 février 2020 au Centre INRA de Lyon-Villeurbanne autour des projets ZABR-AE RM&C CommuSED* et PersoResto** a réuni le collectif pluridisciplinaire (écologie, écotoxicologie, chimie environnementale & éthnologie) formé par les partenaires scientifiques impliqués dans ces deux projets (INRAE RiverLy, USMB CARRTEL, USMB LCME, Centre Ecotox Lausanne) afin de dresser le bilan des résultats acquis.

La participation à cette journée de représentants de l’Agence de l’Eau, de la ZABR et du Syndicat Mixte des Rivières du Beaujolais (SMRB) a permis de confronter ces résultats aux enjeux environnementaux et territoriaux et d’identifier les principales perspectives scientifiques qui dessineront les contours des futurs projets qui seront menés sur ces sites d’études.

En savoir plus.

* CommuSED: Pression chimique et impacts écologiques : Distribution des contaminants et réponse des communautés de microorganismes et d’invertébrés dans les sédiments de l’Ardières et du Tillet (2017-19)

** PersoResto: Efficacité et perception sociale de la restauration du Tillet et de la qualité de l’eau du lac du Bourget : Articulation entre Science et Société (2018-20)

Irstea et Inra ont fusionné pour devenir l’Inrae

“Le 1er janvier 2020 Irstea et Inra ont fusionné pour donner naissance à l’Inrae, Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement. Premier organisme de recherche mondial spécialisé sur ces trois domaines, il s’engage à relever les défis qui les concernent en proposant par la recherche, l’innovation et l’appui aux politiques publiques de nouvelles orientations pour transformer durablement l’agriculture, l’alimentation et l’environnement.”

Formation Zones Tampons : Limiter les transferts de contaminants

Formation zones tampons (Irstea – AFB – Résolia)

Afin de mieux comprendre le fonctionnement et l’intérêt des zones tampons pour limiter les pollutions diffuses d’origine agricole, l’AFB, Irstea et Résolia vous proposent une formation : “Zones Tampons : Limiter les transferts de contaminants”. Il s’agit d’acquérir des éléments de connaissance et de méthodologie pour permettre leur implantation efficace dans les bassins versants.

Cette formation est issue d’une volonté de diffusion accrue des connaissances du Groupe Technique “Intégration des Zones Tampons dans la gestion des bassins versants” (GTZT).  Elle s’articule en 3 modules : deux à distance et un en présentiel. 

Le module 1 :

Les fondamentaux, permet d’acquérir les bases théoriques sur les transferts de contaminants et les zones tampons. En e-learning, il est autonome et gratuit. Il est conçu pour être accessible à toute personne ayant une formation scientifique (niveau L3).
Nous vous invitons à le consulter gratuitement via ce lien : https://elearning.afbiodiversite.fr/course/view.php?id=24  (Il vous suffit de créer votre compte et de vous inscrire au cours).

La formation intégrale :

https://resolia.chambres-agriculture.fr/domaines-de-formation/detail-de-la-formation/actualites/zones-tampons-limiter-les-transferts-de-contaminants/
Durée : 3 jours dont 1 à distance
Public : Conseillers eau, conseillers environnement, animateurs de territoire ou d’Aire d’Alimentation de Captage, bureaux d’étude
Objectifs : Réaliser un diagnostic des processus dominants sur un bassin versant ou une AAC (transferts de contaminants agricoles,  fonctionnement des zones tampons). Repérer les dysfonctionnements. Proposer des solutions pertinentes pour limiter les transferts de contaminants. Dimensionner des zones tampons adaptées.